Inlay et Onlay : techniques de restaurations dentaires précises et durables

inlay-onlay
5/5 - (1 vote)

Dans le domaine de la dentisterie restauratrice, les inlays et onlays jouent un rôle crucial. Ces traitements sont conçus pour réparer les dents endommagées ou cariées de manière moins invasive qu’une couronne complète, tout en offrant plus de soutien qu’un plombage traditionnel. Cette approche conservatrice est de plus en plus privilégiée pour sa capacité à préserver la structure dentaire naturelle tout en offrant une restauration durable et esthétiquement agréable.

Inlay : qu’est-ce que c’est ?

Les inlays sont des restaurations préfabriquées qui s’insèrent à l’intérieur des cuspides (les pointes) de la dent. Ils sont typiquement utilisés lorsque la cavité est trop grande pour un plombage standard mais pas suffisamment étendue pour justifier une couronne.

Fabriqués en laboratoire après la prise d’empreinte de la dent affectée, les inlays peuvent être confectionnés en céramique, en résine composite, ou en or. La céramique et la résine composite sont privilégiées pour leur esthétique naturelle, tandis que l’or est choisi pour sa durabilité, en particulier dans les zones de mastication.

Les inlays sont réputés pour leur précision de fabrication et leur ajustement parfait. Ils renforcent la structure dentaire, préviennent les fractures futures et assurent une restauration durable. De plus, ils permettent de conserver une plus grande partie de la dent naturelle par rapport aux couronnes.

Onlay : qu’est-ce que c’est ?

Les onlays, quant à eux, sont similaires aux inlays mais couvrent une plus grande surface. Ils s’étendent sur une ou plusieurs cuspides de la dent, voire sur l’ensemble de sa surface de mastication. Cette option est envisagée lorsque la dégradation de la dent est plus importante.

Comme les inlays, les onlays sont fabriqués en laboratoire avec des matériaux tels que la céramique, la résine composite ou l’or. Le choix du matériau dépend de la localisation de la dent, des préférences esthétiques et des considérations fonctionnelles.

Lire également :  Comment savoir si une mycose est finie ?

L’onlay préserve plus de tissu dentaire sain par rapport à une couronne et fournit un soutien supplémentaire aux dents endommagées. Il est également moins susceptible de nécessiter des retouches ou des remplacements fréquents, ce qui en fait une solution durable et économique sur le long terme.

Quelle est la différence entre un inlay et un onlay ?

La différence fondamentale entre les inlays et les onlays réside dans l’ampleur de la restauration dentaire qu’ils offrent. Les inlays sont conçus pour réparer l’intérieur des cuspides de la dent, idéals pour les cavités de taille modérée sans affecter les pointes de la dent. En revanche, les onlays sont utilisés pour des dommages plus étendus, recouvrant une ou plusieurs cuspides et parfois même toute la surface de mastication de la dent. Alors que les inlays se limitent à l’intérieur des cuspides, les onlays englobent et reconstruisent une plus grande partie de la structure dentaire, offrant une solution pour des dommages plus importants que ceux pouvant être traités avec un inlay.

Quand utiliser les inlays ou onlays ?

L’utilisation des inlays et onlays dépend de l’étendue et de la localisation des dommages dentaires. Les inlays sont appropriés pour les cavités de taille moyenne où les cuspides de la dent ne sont pas affectées, fournissant une solution robuste pour remplacer les parties endommagées à l’intérieur des cuspides. En revanche, les onlays sont utilisés pour des dommages plus étendus ou lorsque les cuspides de la dent sont impliquées, offrant une couverture plus large qui peut inclure une ou plusieurs cuspides et parfois la surface de mastication complète. Les onlays sont donc privilégiés pour les restaurations plus importantes, tandis que les inlays sont choisis pour des réparations plus conservatrices.

Inlay et Onlay : techniques de réalisation

La réalisation des inlays et onlays suit une procédure précise en plusieurs étapes, alliant technique dentaire et travail de laboratoire :

  1. Préparation de la Dent : La première étape consiste à nettoyer la zone affectée. Le dentiste enlève la carie ou les parties endommagées de la dent tout en préservant autant de structure dentaire saine que possible.
  2. Prise d’Empreinte : Une fois la dent préparée, une empreinte précise de la zone est prise. Cette empreinte peut être physique ou numérique et sert à créer une restauration sur mesure qui s’adapte parfaitement à la dent.
  3. Fabrication en Laboratoire : L’empreinte est envoyée à un laboratoire dentaire où l’inlay ou l’onlay est fabriqué. Les matériaux utilisés peuvent varier, incluant la céramique, la résine composite ou l’or. Le choix dépend de la position de la dent, des préférences esthétiques et des besoins fonctionnels.
  4. Restauration Temporaire : En attendant la fabrication de l’inlay ou de l’onlay, une restauration temporaire peut être placée pour protéger la dent.
  5. Ajustement et Cimentation : Lorsque l’inlay ou l’onlay est prêt, une seconde visite est nécessaire. Le dentiste retire la restauration temporaire et procède à l’ajustement de la nouvelle restauration. Une fois l’ajustement confirmé, l’inlay ou l’onlay est cimenté en place avec un adhésif dentaire spécial.
  6. Polissage : La dernière étape est le polissage de la restauration pour assurer une surface lisse et une intégration naturelle avec les dents adjacentes.
Lire également :  6 conseils avant de consulter un naturopathe

Cette technique nécessite une expertise dentaire et un laboratoire équipé, garantissant ainsi une restauration précise, durable et esthétiquement agréable.

Inlay-onlay : durée de vie

La durée de vie des inlays et onlays dentaires est généralement estimée entre 10 et 15 ans. Cependant, cette durée peut varier en fonction de différents facteurs tels que le matériau utilisé, la qualité de la restauration et la technique employée, ainsi que l’hygiène bucco-dentaire du patient. Les inlays et onlays en céramique sont particulièrement durables, avec certains pouvant même durer toute la vie, à condition que le patient maintienne une bonne hygiène dentaire. Il est important de noter que la longévité de ces restaurations peut être influencée par les habitudes de mastication et les visites régulières chez le dentiste.

Inlay onlay : les inconvénients

Bien que les inlays et onlays offrent de nombreux avantages en termes de restauration dentaire, ils présentent certains inconvénients. Premièrement, le processus de pose est généralement plus long et nécessite au moins deux visites chez le dentiste, ce qui peut être contraignant pour certains patients. De plus, le coût de ces traitements est souvent plus élevé que celui des plombages traditionnels, en partie à cause du processus de fabrication en laboratoire. Sur le plan technique, la pose d’inlays et d’onlays requiert une grande précision et une expertise spécifique, ce qui implique de trouver un dentiste qualifié pour ce type de travail. Enfin, bien que rares, des complications peuvent survenir, telles que des problèmes d’ajustement ou de sensibilité dentaire post-traitement, nécessitant des ajustements supplémentaires ou des traitements

Lire également :  Clomid avis : utilisations, effets secondaires, conseils

Inlay onlay : les prix

Le coût des inlays et onlays dentaires varie, mais il se situe généralement entre 200 et 500 euros pour ceux en céramique. Si la prothèse est en composite, comme le Zircone, très populaire actuellement, le prix peut monter entre 400 et 800 euros. Il existe aussi des inlays et onlays fabriqués en métaux précieux comme l’or, dont le prix peut varier en conséquence. Avant de procéder à ces soins, il est conseillé de demander un devis clair et détaillé auprès de votre chirurgien-dentiste pour avoir une idée précise des coûts.

Inlay onlay : comment se passe le remboursement

Le remboursement des inlays et onlays par l’Assurance Maladie et les mutuelles dépend de plusieurs facteurs, notamment le type de restauration et le contrat de mutuelle que vous avez.

L’Assurance Maladie, dans le cadre du régime général, rembourse les inlays et onlays à hauteur de 70% du tarif de convention. Cependant, ce tarif conventionnel peut être inférieur au coût réel de la procédure, surtout si des matériaux plus coûteux comme la céramique ou le composite sont utilisés.

Les mutuelles complémentaires jouent un rôle important dans le remboursement des frais restants. Selon le contrat et le niveau de couverture souscrit, une mutuelle peut couvrir une partie significative ou même la totalité des coûts non pris en charge par l’Assurance Maladie. Certains contrats peuvent inclure une prise en charge spécifique pour les inlays et onlays, en particulier dans les formules haut de gamme.

Articles similaires

Laisser un message